Une libertine fan d’histoires de sexe

Bonjour, à tous les lecteurs d’histoires de sexe et de fantasme libertin.
Je me présente, Claire, 30 ans, et libertine convaincue.

Avant de vous faire des récits erotique de tous mes fantasmes sur ce site, ceux que j’ai pu assouvir, et ceux qu’ils me restent à vivre, il faut d’abord que je vous parle d’une rencontre qui a non seulement changé ma vie d’adulte, mais aussi et surtout ma conception en tant que femme de la sexualité.

Commençons donc par le début, là ou mes histoires de sexe ont commencées: ma rencontre avec mon homme Nico, sans qui rien ne serait arrivé puisque c’est de là que tout a démarré…

Allez c’est parti !! Je me lance.

C’était il y a bientôt 12 ans.

A l’époque je vivais avec un mec plus âgé que moi ( j’aime les hommes plus vieux ) depuis plusieurs années mais ça faisait un sacré moment que je m’ennuyais.

Lui était toujours en déplacement à cause de son boulot, et je restais souvent toute seule à la maison.

Je suis quelqu’un qui aime le cul, et j’ai un gros appétit sexuel…

N’ayant pas mon copain à demeure pour pouvoir l’assouvir à ma guise, c’est tout naturellement que j’ai pris un amant.

Je sais, ce n’est pas bien !

Mais bon, franchement, mes doigts ont beau me faire du bien, rien de vaut un vrai mec dans son lit pour réellement prendre son pied.

J’ai très vite trouvé une réponse à mes désirs en la personne du patron du bar à côté de chez moi…

J’avais juste à descendre de chez moi et faire quelques mètres.

Nous finissions souvent dans la réserve à faire l’amour entre les fûts de bières et les caisses de bouteilles…

Sympa, parfois torride, je dois dire que ce mec était un bon coup et très endurant .

De quoi calmer ma libido déjà sur-développée.

A force de le fréquenter, j’ai bien entendu finit par rencontrer ses potes.

Parmi eux, il y en avait un qui me plaisait beaucoup et je voyais que je ne le laissais pas indifférent non plus.

Beau gosse, la trentaine passée alors que je n’avais pas encore 20 ans, de beaux yeux bleus, bref, ma came !

Ses attitudes, ses regards et ses réflexions à mon encontre ne laissaient guère de doute quant au fait que moi aussi, je l’intéressais.

Il a demandé à mon amant si ça ne le dérangeait pas qu’il me drague. Gentleman en plus !

Un soir, après un début d’apéro quelque peu arrosé où il était venu avec une copine à lui, il m’a demandé si je voulais les accompagner chez lui boire un verre.

Bien sur, j’ai accepté.

Deux , trois heures et une bouteille de whisky plus tard, il régnait une tension sexuelle dans la pièce qui n’était freinée que par la présence de la copine, qui comprit très vite qu’elle était de trop, et demanda à Nico de la ramener chez elle.

C’est vrai qu’elle n’habitait pas loin mais croyez moi, il n’a pas mis très longtemps quand même à la ramener.

Et quand il est revenu, les paroles n’avaient plus lieu d’être.

A peine la porte franchie, on s’est jetés l’un sur l’autre.

Nos corps se sont collés, nos langues se sont trouvées aussitôt.

J’avais envie de lui comme une folle et je sentais à sa façon de m’embrasser et de me caresser que son désir n’avait rien à envier au mien.

Ses mains parcouraient mon corps et j’en frissonnais de plaisir.

Nous étions encore debout au milieu de la pièce quand il commença à ôter mes vêtements.

Ses mains vinrent caresser mes seins, faisant pointer mes tétons déjà durcis et tendus par l’envie.

Lorsque sa bouche vint se poser dessus pour les sucer doucement, je ne pus retenir un soupir de plaisir. Sa langue courait sur ma poitrine, titillait la pointe de mes seins et sa bouche aspirait mes tétons durcis à m’en faire gémir…

Je sentais sa queue toute dure à travers son pantalon. Il commença a se frotter contre mon bas ventre, me rendant dingue de désir.

Il me plaqua contre le mur et commença à dégrafer mon pantalon.

Je lui arrachais à mon tour ses vêtements. Avant d’avancer plus, il glissa sa main dans ma culotte trempée et vint se plaquer contre mon bas ventre.

Mon clitoris gonflé palpitait sous ces doigts… Ma main à moi vint déboutonner son pantalon et je pus enfin empoigner sa queue.

Comme elle était dure !

Ses mains pétrissait mon cul pendant que je le branlais doucement, nos bouches ne se quittant plus.

Il me pris dans ses bras et vint me poser sur le lit tout proche, m’enlevant dans le même mouvement mon string et mon pantalon.

Je me retrouvais totalement nue, allongée et offerte devant lui, les cuisses ouvertes et le sexe luisant de désir. Je ne m’étais jamais autant offerte au regard d’un homme et qui plus est d’un inconnu, et j’adorais ça !

J’ai aimé sentir ce regard plein de désir pour moi parcourir les recoins les plus intimes de mon corps, glisser de mes seins à mon ventre, pour venir s’arrêter sur mon vagin moite.

J’écartais mes lèvres avec mes doigts en le regardant moi aussi. Je ne me reconnaissais plus et cette impudeur nouvelle m’excitait au plus haut point.

Je le regardais autant dans les yeux que j’admirais sa queue tendue qui palpitait, son gland dardé vers moi comme une offrande.

J’avais envie de le prendre dans ma bouche mais il ne m’en laissa pas le temps et plongea son visage entre mes cuisses offertes.

Jamais une langue aussi experte n’avait fouillé mon intimité avec autant de dextérité !

Sa langue écartait mes petites lèvres, pénétrait ma chatte trempée, sa bouche aspirait mon clitoris à le faire exploser. Je ne pouvais retenir des petits cris de plaisir… C’était trop bon ! Je sentais le plaisir monter à tel point que je ne pus me retenir de jouir dans sa bouche en poussant un râle de plaisir. Je n’avais jamais joui de cette manière, aussi vite, aussi fort, sans même qu’il ne se serve de ses doigts.

Sa bouche vint très vite retrouver la mienne. J’aimais sentir le goût de ma mouille sur sa langue. Mon sexe en coula de plus belle !

Je le retournais sur le lit et finit d’enlever son pantalon. Enfin je pus prendre sa bite dressée en bouche. Quel bonheur de pouvoir enfin lécher cette queue dure et gonflée de sève.

Ma langue courait sur cette hampe de chair, son gland gonflé de désir venait taper sur mes lèvres.

Je l’engloutis d’un coup ! J’adore sucer…

Mais là, je pris un plaisir fabuleux a aspirer cette bite tendue jusqu’au fond de ma gorge. J’avais l’impression de prendre autant de plaisir à le sucer que lui en prenait avec les va et vient de ma bouche sur sa hampe…

Au bout de quelques courtes minutes où je sentais qu’il allait exploser dans ma bouche, il saisit mes cheveux et ramena mon visage sur le sien.

Il me retourna sur le dos et colla son corps sur le mien. De ma main, je le guidais jusqu’à ma chatte.

Il s’enfonça en moi, lentement d’abord, puis voyant à quel point j’étais mouillée et ouverte, finit par littéralement m’empaler, d’un coup, profondément !

Je me cambrais de plaisir. Je voulais qu’il rentre totalement en moi, me transperce ! Nos ventres ondulaient de concert, sans jamais se décoller l’un de l’autre.

Je sentais son gland taper au fond de mon vagin. Nos râles de plaisir ne faisaient plus qu’un. Nos respirations, nos sueurs, tout se mélangeait. Puis son ventre se décolla doucement du mien. Il commença un lent va et vient, sortant presque totalement sa verge de ma chatte bouillonnante. Mes mains plaquées sur ses fesses le ramenaient chaque fois au fond de moi. Le rythme s’accéléra. Ses coups de reins devenaient plus forts, plus profonds et plus intenses. Je me cambrais au maximum, écartant mes cuisses pour recevoir ses coups de butoir. Son ventre claquait sur le mien. Je criais de plaisir, sans pouvoir, sans vouloir me retenir. Je me lâchais totalement ! Je lui gueulais mon plaisir au visage ! Je lui disais que sa queue était bonne, que je voulais qu’il me baise à fond, qu’il me fasse jouir comme une folle ! Et c’est ce qu’il a fait !

Après plusieurs minutes à ce rythme effréné, j’ai senti une boule de chaleur monter, monter de mon bas ventre, en même temps que je sentais la sève grimper le long de cette queue qui m’explosait littéralement dans la chatte. J’ai hurlé de plaisir à l’instant même où je sentais son sexe se décharger violemment au fond de moi.

La puissance de son jet de foutre au fond de ma vulve combinée à l’explosion de mon propre plaisir me firent défaillir…

Il n’y a rien de mieux que de jouir en même temps !

Son corps vint s’écraser sur le mien. Nos respirations saccadées venaient s’ajouter aux soubresauts de nos sexes soudés l’un à l’autre. J’avais l’impression d’avoir une nuée de petits papillons dans le ventre…

Sa verge palpitait encore dans ma chatte. Le plaisir allait décroissant, quittant doucement nos corps rompus de fatigue, nous laissant épuisés, ivres l’un de l’autre.

Nos bouches vinrent se retrouver pour un nouveau baiser, plus langoureux cette fois ci.

Bon sang ! Je venais de trouver le coup de ma vie !! Le reste de la nuit ne fit que me le confirmer…

Nous refîmes l’amour jusqu’au petit matin, dans des positions que seuls de vieux amants qui se connaissent pratiquent en temps normal.

C’était notre première nuit, et nous étions déjà de vieux amants… Ce fût le début de notre histoire…et le début de mes histoires de sexe que je raconterai sur ce site.

Claire

raconter histoire de sexe
fan histoires de sexe

claire 30 ans fan d’histoires de sexe

2 Comments
  1. Ça, c’est une histoire sexy, et racontée par un esprit féminin, c’est sublime…
    Mais svp, ne parlez pas de vieux, car croyez moi, j’ai découvert une sexualité torride entre 62 et 70ans, et ce n’est qu’un début…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.